Tinga Neere

Qui sommes nous ?Actions agro-écologiques pour la souveraineté alimentaire en Afrique Sahélienne Facebook Twitter Tinga Neere

Tinga Neere - Terre Meilleure

Qui sommes-nous ?

Accueil > Tinga Neere - Terre Meilleure > Tinga Neere - Terre Meilleure Le samedi 8 mars 2014

Programme de promotion et de développement de l’agro-écologie pour la souveraineté alimentaire au Burkina Faso.

Tinga Neere est un programme regroupant les activités de l’association bretonne Ingalañ pour le développement de l’agroécologie et la souveraineté alimentaire au Burkina Faso.

De 2012 à 2015, Ingalañ s’est impliqué dans la mise en place d’une filière de soja biologique. La première campagne test de soja biologique a été réalisée en 2012 et a connu un résultat de 85 tonnes.. A l’issue de la campagne 2016/17, 6200 tonnes ont été produites par plus de 6000 producteurs et productrices réunis au sein de 310 groupements. Les rotations des parcelles étant sur 2 saisons, ce sont donc 12000 hectares qui ont été ouverts à l’agriculture biologique en 5 ans.

Encadrée et développée dès le démarrage par Napam Beogo, la filière soja a permis à cette structure de construire un outil (Magasins, plate-forme logistique, matériel de traitement des produits, parc de véhicules, ...) et de proposer des services (encadrement, financement de matériel agricole, formations ...) à des centaines de groupements, des milliers de paysans engagés dans l’agriculture biologique. Ces mêmes producteurs et productrices alternent avec des cultures de sésame, de sorgho, de mil, de maïs, d’hibiscus, ... . Napam Beogo a également créé 2 fermes pilotes et 1 ferme semencière biologique.

L’implication d’Ingalañ sur la filière de production s’est arrêté après la 3ème année pour se consacrer à la transformation de soja biologique dédié au marché local. L’association développe depuis un programme de soutien à l’association Djigui Espoir, transformatrice de soja pour la production de lait, tofu, de semoules alliant soja et céréales. Nous espérons que les première glaces de soja et de produits biologique locaux (mangues, pain de singe, fraises, hibiscus, etc.) seront vendues dans les rue de Ouagadougou en 2019, ... puis suivront les yaourt.

En 2011, Ingalañ est entrée en relation avec Pierre Belem, président fondateur d’ AMAPAD, Association MA wouro-bi pour la Promotion d’une Agriculture Durable, dont le siège est à Bama, commune de la province du Houet au Burkina Faso et premier bassin rizicole du pays.

Spécialisée dans la formation à la technique SRI, l’association a à son actif d’avoir convaincu et converti 90 % des producteurs et productrices à cette pratique culturale agro-écologique. AMAPAD et Ingalañ collaborent depuis 6 ans pour le développement du riz biologiqu au Burkina Faso.

70 % du riz consommé au Burkina Faso est importé d’Asie. De très base qualité nutritionnelle, ce riz arrive sur le marché à un prix très inférieur au riz burkinabè

En soutenant Amapad et la technique SRI, en plus de notre objectif général de développement de pratiques agricoles économe en eau, respectueuses de l’environement et performantes, notre projet est d’aider le riz du Burkina a trouver sa place sur le marché local. Au moment titre que l’agroécologie, l’autonomie et la souveraineté alimentaire comptent donc parmi nos premières motivations.

La première collaboration entre Ingalañ et Amapad s’est déroulée en 2012 pour une formation reçu par des producteurs et productrices de Banfora, chef lieu de la province du Comoé. La coopérative de Padré, province du Kadiogo en Région du Centre a été accompagnée les 2 années suivantes. Ce fût ensuite au tour de producteurs et productrices de Komki Ipala, toujours en Kadiogo.

L’objectif 2018/19 est la mise en place d’un espace de formations pluriannuelles à la technique SRI sur la ferme pilote de l’association Yélémani à Loumbila.

La technique agroforestière soutenue via le programme Tinga Neere est la plantation d’arbres fertilitaires, légumineuses arborescentes, qui ont donc la propriété de capter l’azote atmosphérique de l’air et de la restituer dans le sol. Implantés dans les parcelles cultivées ou en pourtour de celles-ci, les arbres y apportent une autonomie en azote au bout de trois à quatre ans.

L’intérêt du développement de cette technique agroforestière ne se limite pas à un amendement naturel des sols. Elle représente également, selon les espèces plantées, une possibilité de ressources supplémentaires pour les producteurs et productrices, ceci de par le bois qu’elle procure, les propriétés fourragères des feuilles et la possibilité de les utiliser pour la production de compost ou de purins végétaux. Les formations des groupements et coopératives a cette technique sont dispensées par l’association APAF Burkina Faso.

Depuis 2012, dans le cadre du programme Tinga Neere, 6 coopératives ont été formées par l’APAF dans la Région du Centre, province du Kadiogo. Actuellement, un espace agroforestier est en court de mise en place sur la ferme pilote de Yélémani à Loumbila, province de l’Oubritenga et dans la région du Plateau-Central, activité programmée sur 3 ans