Tinga Neere

Qui sommes nous ?Actions agro-écologiques pour la souveraineté alimentaire en Afrique Sahélienne Facebook Twitter Tinga Neere

Promotion des arbres fertilitaires

Par Napam Beogo

Accueil > Un programme d’actions > L’agroforesterie et les arbres fertilitaires > Promotion des arbres fertilitaires Le mardi 5 juillet 2016, par Florian

NAPAM BEOGO a sollicité APAF Burkina pour lui apporter un appui technique et méthodologique dans la mise en place d’un programme d’agroforesterie dans ses zones d’intervention. Cet appui a démarré en 2015 par la mise en route des premiers champs agroforestiers dans plusieurs localités du Burkina Faso.

Le présent rapport qui présente les différentes activités menées, les acquis actuels ainsi que les difficultés rencontrées dans le cadre de ce partenariat est articulé autour des principaux points suivants :

  • Contexte justificatif de la mise en place d’un programme agroforestier par NAPAM BEOGO ;
  • Principales activités menées dans le cadre du partenariat entre APAF Burkina et NAPAM BEOGO ;
  • Difficultés rencontrées et recommandations ;
  • Suite des actions ;
  • Conclusion

Contexte justificatif de la mise en route d’un programme d’agroforesterie par NAPAM BEOGO

NAPAM BEOGO est une organisation fortement engagée dans les questions d’agriculture durable au Burkina Faso. En effet, elle accompagne les producteurs agricoles et leurs organisations dans la promotion et la valorisation des filières agricoles biologiques dont le point d’entrée a été celle du Soja.

Concrètement, NAPAM BEOGO appui les producteurs de soja dans la certification biologique des produits agricoles à travers la mise place d’un Système Participatif de Garantie (SPG) qui est la procédure en la matière adoptée au Burkina Faso. Elle est aussi engagée dans les mouvements sociaux de défense et de promotion de l’agroécologie au Burkina Faso dont le Conseil National de l’Agriculture Biologique (CNABio) et le Collectif Citoyen pour la Défense de l’Agro-écologie.

D’une manière générale le Soja produit au Burkina constitue un « produit de niche » car sa production se fait sans utilisation d’intrants chimiques (engrais et pesticides de synthèse) par les agriculteurs. Pour faciliter la mise en œuvre du SPG et accélérer la transition des producteurs de soja vers une production biologique certifiée, NAPAM BEOGO a décidé de mettre en place des champs agroforestiers à base d’arbres fertilitaires à partir de 2015. Il s’agit d’un programme qui à terme va toucher un nombre important de producteurs à travers le Burkina Faso.

C’est donc pour conduire avec efficacité son programme d’agriculture durable que NAPAM BEOGO a sollicité l’appui de l’APAF Burkina pour accompagner les producteurs qui sont en partenariat avec elle dans la mise en place de champs agroforestiers à base d’arbres fertilitaires.

Principales activités menées dans le cadre du partenariat APAF Burkina et NAPAM BEOGO

Les différentes activités menées en 2015 ont concerné essentiellement la sensibilisation des producteurs sur l’intérêt de l’agroforesterie pour leur exploitation familiale, la formation des producteurs ciblés sur la technique d’implantation et d’entretien des champs agroforestiers et le suivi des activités réalisées.

Sensibilisation des producteurs sur l’agroforesterie

Cette sensibilisation a été réalisée par le personnel technique de NAPAM BEOGO avec l’appui de M. Claver YAMEOGO Conseiller Technique Agroforestier de l’APAF Burkina. Elle a touché au moins 500 producteurs de soja membres des groupements de producteurs de soja dans les localités de Kaya (Province du Sanmatenga), Kongoussi (Province du Bam), Léo (Province de la Sissili), Samarogouan (Province du Kénédougou) et de Titao (Province du Lorum).
Les séances de sensibilisation organisées ont porté entre autres sur les effets des changements climatiques sur les exploitations familiales agricoles en l’occurrence la perte de fertilité des sols due à la dégradation du couvert végétal, l’agroforesterie et son intérêt pour les exploitations familiales, etc.

Formation des producteurs ciblés sur l’agroforesterie

Les producteurs retenus comme bénéficiaires des arbres fertilitaires ont été formés directement dans leurs champs sur la technique d’implantation et d’entretien des champs agroforestiers. A ce titre une formation spécifique a été organisée dans chacune des localités ciblées. Au total 200 producteurs de soja ont bénéficié de ces formations sur l’agroforesterie.

Mise en place et gestion de la pépinière

La pépinière installée par NAPAM BEOGO a compté au total 18 300 plants dont

  • Haie vive (6 500 plants) :
    • Acacia melifera : 3 000 plants
    • Acacia nilotica 2 000 plants
    • Acacia macrostachya : 1 500 plants
  • Arbres fertilitaires dont :
    • Albizia Stipulata ;
    • Leucaena Leucocephla ;
    • Albizia Lebbeck ;
    • Samanea Samana.
  • Arbres Forestiers (2 100 plants) dont :
    • Peltoforum : 800 plants
    • Flamboyant : 500 plants
    • Cailcédrat : 400 plants
    • Neem : 400 plants.

Plantation des arbres dans les champs

Lorsque les plants ont atteint leur maturité en pépinière, NAPAM BEOGO a organisé leur distribution dans les localités définies. Les plantations ont été précédées d’explications et de démonstration de la technique d’installation des arbres fertilitaires devant les producteurs ciblés. Sur la base des acquis de ces démonstrations, les producteurs ont poursuivi l’implantation des champs agroforestiers dans leur exploitation mais en groupe d’entraide. La répartition des arbres fertilitaires (7 800 plants) par localité est la suivante :

  • Kaya : 100 plants ;
  • Kongoussi : 100 plants ;
  • Léo : 1 500 plants ;
  • Tintilou : 1000 plants
  • Po : 1 500 plants ;
  • Samarogouan : 1 500 plants ;
  • Titao : 100 plants ;
  • Koubri : 1000 plants ;
  • Neboul : 1000 plants.

Suivi Technique des activités réalisées :

Les processus de mise en place de la pépinière et des champs agroforestiers ont été suivis techniquement par le CTA de l’APAF Burkina suivant un calendrier convenu avec NAPAM BEOGO. L’objectif de ce suivi était d’apprécier le niveau de reprise des plants et d’expliquer aux paysans les entretiens à faire pour favoriser le développement des plants.
Un stagiaire de NAPAM BEOGO a également réalisé des missions de suivi technique dans les différents champs agroforestiers installés.

Difficultés rencontrées et recommandations :

La difficulté majeure rencontrée concerne la divagation des animaux dans les champs agroforestiers compte tenu du manque de clôture des champs et du fait que les arbres sont appétés par les animaux.

Suite des actions :
Compte tenu du succès des activités de l’année 2015, NAPAM BEOGO envisage de poursuivre son programme agroforestier à travers la réalisation d’une pépinière de 100 000 plants et de complanter de nouveaux champs.

L’introduction de l’agroforesterie dans les exploitations familiales des producteurs de soja a suscité un engouement chez un nombre important de producteurs envers l’agroforesterie de sorte qu’ils ont exprimé une demande forte en la matière auprès de NAPAM BEOGO. Partant de cette réalité, il nous semble important de mettre l’accent sur l’agroforesterie dans les interventions de NAPAM BEOGO. Au-delà de la production de soja, les arbres fertilitaires, les haies vives et les arbres forestiers peuvent contribuer à améliorer les niveaux de fertilité des sols cultivés, de richesse des producteurs et de protection de l’environnement. Nous estimons aussi que la mise en œuvre d’un programme de renforcement de capacités (formations et échanges paysans) des producteurs pour non seulement accroitre leurs connaissances techniques mais aussi et surtout les amener à avoir une vision prospective sur leur profession agricole est nécessaire.

Compte tenu du fait que le nombre de producteurs intéressés par l’agroforesterie est très important, il nous semble indispensable que NAPAM BEOGO engage des réflexions approfondies avec l’appui de ses partenaires pour répondre aux attentes des producteurs.

Publié le mardi 5 juillet 2016 par :

  • Florian

    Animateur/Promoteur des programmes de développement Tinga-neere Association Ingalañ