Tinga Neere

Qui sommes nous ?Actions agro-écologiques pour la souveraineté alimentaire en Afrique Sahélienne Facebook Twitter Tinga Neere

Pourquoi faire du soja biologique

dans un contexte de souveraineté alimentaire...

Accueil > Un programme d’actions > Développement du soja Biologique > Pourquoi faire du soja biologique Le mardi 13 octobre 2015, par Florian

Pour répondre à des interrogations légitimes à propos de la pertinence de production de soja biologique au Burkina Faso et à notre implication pour le développement de cette filière voici ci-suit quelques précisions utiles :

Thèmes :Soja biologique

SojaculteurNous partons avant tout du principe qu’il ne faut pas opposer culture vivrière à culture de rente. Les 2 sont nécessaires et recherchées par les paysans. L’importance est de ne rien développer qui porte atteinte aux producteurs, à la population et à la terre. Le paysan a besoin d’argent pour payer l’école de ses enfants, les frais médicaux...

Napam Beogo, acteur majeur du programme Tinga Neere, est engagé sur le programme soja biologique pour les raisons suivantes :

  • La culture du soja et une réelle alternative à celle du coton. A la différence du coton (OGM u Burkina Faso de 2008 à 2015), le soja est bénéfique au sol (légumineuse, il apporte de l’azote), est facile à produire en biologique, demande beaucoup moins de travail, moins de temps (laisse donc plus de temps aux autres cultures) et paye mieux.
  • Le fait d’avoir un débouché sur du soja biologique certifié AB a permis l’ouverture de 9 000 hectares en culture biologique en l’espace de 4 ans. Fonctionnant en rotation tout les 3 à 4 ans, et avec un marché sécurisé sur 10 ans de 6 000 tonnes à l’année, sur un rendement moyen d’1 tonne/hectare, ce seront entre 18 000 et 24 000 hectares qui pourront s’ouvrir à terme en biologique. Les rotation se font sur du maïs (marché local et sous régional), du sorgho, du maïs, du petit mil et du maraîchage. Le tout en biologique, bien sûr.
  • Cette activité a permis un développement logistique conséquent, tant en entrepôt, véhicules de transport, matériel agricole, etc. . Cette évolution a été rapide et est aujourd’hui au service du développement d’autres culture biologique. C’est donc par l’activité agricole burkinabè que l’agroécologie se développe au Burkina Faso. SojaculteurLes bénéfices du soja sont également injectés dans le pays en rémunération des producteurs et productrices, des groupements et des coopératives, en formation sur des pratiques agro-écologiques. Napam Beogo, qui a la maîtrise complète de la filière, fournit des arbres fertilitaires à l’ensemble des groupements impliqués dans la production du soja, ceci à l’issu de la 3ème campagne. Ce n’est qu’un début.
  • Depuis le début du projet, si la première étape a été de produire du soja biologique destiné à l’export, il est prévu une implication sur le marché local et sous régional du soja biologique pour la consommation humaine et animal (élevage). Ce travail a commencer en 2016 par une identification et une mise en relation avec des acteurs locaux pouvant intervenir sur cette filière. 2017 verra des premières réalisations et connexions entre la filière de soja biologique issue du programme Tinga Neere et le marché local.

Si des questions subsistent, n’hésitez pas à nous contacter directement via le formulaire de contact
Mise en culture Parcelle de Soja Bio

Publié le mardi 13 octobre 2015 par :

  • Florian

    Animateur/Promoteur des programmes de développement Tinga-neere Association Ingalañ