Tinga Neere

Qui sommes nous ?Actions agro-écologiques pour la souveraineté alimentaire en Afrique Sahélienne Facebook Twitter Tinga Neere

OGM : Le Burkina en résistence

Coton, maïs ou sorgho OGM, la société civile aux aguets

Accueil > Face à l’urgence > OGM : Le Burkina en résistence Le mardi 2 juin 2015, par Florian, Hervé Le Gal

Comme si quelque chose était à cacher, les premiers essais de coton OGM ont démarré discrètement au Burkina Faso, en 2001, en violation de la convention sur la diversité biologique de 1992 et le protocole de Carthagène sur la biosécurité de 2000. Monsanto et les firmes de biotechnologies utilisent depuis ce pays comme un cheval de Troie pour essaimer les OGM en Afrique de l’Ouest.

Thèmes :OGM, Souveraineté Alimentaire

Une entrée des OGM par le Coton Bt

Les OGM ont été introduits officiellement au Burkina Faso en 2003, précisément dans les exploitations agricoles de Farakoba (Bobo-Dioulasso) et Kouaré (Fada N’Gourma).

Les premières distributions importantes de semences de coton OGM, dit coton Bt, ont eu lieu en 2008. Bt, les initiales de Bacillus Thuringiensis, la bactérie dont le gène insecticide a été intégré au génome du coton, rendant la plante elle-même insecticide pour ceux qui se risqueraient à la consommer. Problème, les insectes auxiliaires, utiles aux cultures, pâtissent également de la culture de coton Bt, se nourrissant des ravageurs du coton, eux-mêmes intoxiqués. Pire, au Burkina Faso, le coton est aussi très utilisé dans l’alimentation humaine via ses graines qui sont consommées brutes ou dont on extrait une huile alimentaire.

En 2008 donc, 8500 hectares sont alors ensemencés de cette « merveille » de biotechnologie. Grâce à la complicité de l’ancien gouvernement de Blaise Compaoré et une implication directe du quasi unique syndicat cotonnier UNPCB, ainsi que des sociétés privées comme la française Géocoton (ex-Dagris), 70 % du coton Burkinabè était OGM en 2012.

Capsule de coton

Publié le mardi 2 juin 2015 par :

  • Florian

    Animateur/Promoteur des programmes de développement Tinga-neere Association Ingalañ

  • Hervé Le Gal

    Coordinateur des programmes au Burkina Faso Association Ingalañ

Portfolio