Tinga Neere

Qui sommes nous ?Actions agro-écologiques pour la souveraineté alimentaire en Afrique Sahélienne Facebook Twitter Tinga Neere

La méthode SRI

Étape par étape.

Accueil > Un programme d’actions > Système de Riziculture Intensif > La méthode SRI Le mercredi 10 décembre 2014, par Florian

Voici les détails techniques des étapes de la méthodes SRI.

Thèmes :Système de Riziculture Intensif

1. Aménagement de la rizière

Il faut prévoir un système de canaux autour de la parcelle afin de maitriser l’eau.
La maitrise de l’eau est importante car la technique du SRI nécessite régulièrement des assèchements de la rizière afin de permettre l’aération et l’oxygénation du riz et donc favoriser une meilleure croissance.

JPEG - 128.2 ko
JPEG - 109.1 ko

Cette alternance entre période en eau et sans eau permet une économie d’eau importante (plus d’1/3 par rapport à la technique traditionnelle.
Il faut ensuite bécher, mettre en motte, aérer, agrémenter en compost et aplanir la rizière.

JPEG - 113 ko
JPEG - 177.5 ko

2. La préparation de la pépinière

Contrairement à la technique traditionnelle, la pépinière se fait en jardinière sèche.
Dans la technique traditionnelle, le semis se fait en lançant les grains directement dans l’eau, ce qui entraine une perte de semences. Au contraire, en SRI, on prépare près de la rizière quelques m² de jardinière enrichi en sable et en compost tamisé. Cette terre doit être légère afin de favoriser le développement racinaire des plantules. 1m² de pépinière permettra de repiquer un are (100m²) de rizière.

JPEG - 130.1 ko
JPEG - 131.9 ko

3. La prégermination (3jours)

Il faut mettre les graines de riz dans de l’eau tiède et retirer les graines qui flottes (ces dernières seront impropre à la culture). Il faut ensuite laisser le riz dans l’eau pendant 24h puis retirer l’eau et mettre les graines dans un linge (en laissant au chaud) pendant 24 à 48h (en versant de temps en temps de l’eau tiède sur le linge) afin que le riz germe.
Cette technique permet de réduire par 10 les besoins en semences par rapport à la technique traditionnelle. (env. 350gr de semences pour 4 ares de cultures pour le SRI contre 4 à 5kg en traditionnelle).

4. Le semis (8jours)

Il faut commencer par bien arroser la pépinière afin de créer une réserve d’eau pour la graine et réduire les apports futurs en eau. Ensuite, il faut semer les graines et recouvrir celles-ci par le mélange sable/compost puis pailler afin de protéger les graines contre les oiseaux et la sécheresse. On arrose alors le paillage ce qui permet à l’eau de s’infiltrer sans labourer le sol (2 arrosage/jours). Ce paillage est ensuite retiré des que la plante est sortie du sol (env. 4 jours), et on laisse les plantes grimper jusqu’à environs 12cm à l’air libre en pépinière (4jours) avant le repiquage.

JPEG - 215.1 ko
JPEG - 118.6 ko

5. Le repiquage

Celui-ci se fait au bout de 11 jours, alors qu’en méthode traditionnelle il faut attendre 2 à 3 fois plus longtemps.
Le brin de riz doit avoir 2 feuilles avant de pouvoir être repiqué.
Le repiquage se fait en ligne, brin par brin et légèrement couché, alors que pour la méthode traditionnelle le repiquage se fait en foule, c’est-à-dire en motte (plusieurs brins à la fois).
Le repiquage se fait tous les 25 à 35 cm² ce qui permet une économie de semence extrêmement importante. Cette opération se pratique dans une boue ni trop dure, ni trop liquide afin que le repiquage soit facile et que la plante puisse développer son système racinaire facilement.

JPEG - 75.5 ko
JPEG - 75.5 ko

6. Protection contre les ravageurs (rats)

Le rat est le grand ennemi des jeunes plantes de riz. Une solution est de créer une poudre à base de noyau d’avocat et de pistaches pillées ou de petits poissons et de l’étaler autour de la rizière.

7. Sarclage

Afin de lutter contre les plantes indésirables de façon naturelle, il faut sarcler environ 4 fois par saison.

La veille du sarclage, il faut mouiller la rizière en laissant passer l’eau. Puis, le sarclage se fait grâce à différents outils comme la sarcleuse à lame qui est tractée en marchant normalement ce qui respecte le système racinaire du riz. Après le sarclage, il faut attendre 24h afin que la boue se soit redéposée, puis on évacue l’eau.

L’eau doit être remise régulièrement, surtout quand les épis se forment, puis retirer pour laisser mûrir.

JPEG - 126.2 ko
JPEG - 132.2 ko

Si les différentes étapes sont bien respectées, et notamment l’espacement de repiquage, les rendements obtenues sont largement supérieurs à la technique traditionnelle.

L’amélioration du rendement est en moyenne une multiplication par 2 ou 3. Des résultats encore plus impressionnants ont été obtenus à Madagascar sur certaines parcelles, passant d’un rendement de 2 tonnes à 23 tonnes à l’hectare.

JPEG - 130.5 ko
JPEG - 142.3 ko

Soutenez notre programme de Système de Riziculture Intensif en suivant ce lien

Faire un don

Soutenez nos actions en les finançant !

Soutenez le programme Tinga-Neere en faisant un don via Paypal... Merci

lire la suite.

Publié le mercredi 10 décembre 2014 par :

  • Florian

    Animateur/Promoteur des programmes de développement Tinga-neere Association Ingalañ