Tinga Neere

Qui sommes nous ?Actions agro-écologiques pour la souveraineté alimentaire en Afrique Sahélienne Facebook Twitter Tinga Neere

Face à l’urgence

D’ici 10 ans
-60% de terres nourricières
2 fois plus de bouches à nourrir.

Accueil > Face à l’urgence

Face à un accroissement démographique de grande ampleur conjugué à une dégradation des terres alarmante, force est de constater que les solutions proposées depuis des années sans succès sont inadaptées.

Alors que l’on court vers une situation qui s’annonce catastrophique si rien n’est remis en question, les OGM, s’inscrivant exactement dans la même dynamique contre nature d’une agriculture chimiquement intensive, destructrice des terres arables et créatrice de pauvreté, continuent d’être préconisés.

  • Une urgence humanitaire

    deux-tiers des terres cultivées d’Afrique pourraient devenir improductives vers 2025

    Le mercredi 3 décembre 2014, par Florian, René Billaz

    De nombreux rapports de spécialistes reconnus montrent que nous courrons vers une situation critique sous peu...

  • Le risque d’une crise nutritionnelle, éducative et écologique majeure

    Rapport d’agronomes & vétérinaires sans frontières

    Le mardi 2 décembre 2014, par René Billaz

    Ce rapport, réalisé par René Billaz (Ingénieur Agronome spécialisé dans la culture tropicale), est destinée à rappeler les difficultés que rencontreront les petits agriculteurs et éleveurs du Burkina Faso pour assurer leur sécurité alimentaire, lutter contre la dégradation de leur environnement et contribuer au financement de l’éducation de leurs enfants.

  • Les OGM : fausse solution, vraie catastrophe

    Coton, maïs ou sorgho OGM, la société civile aux aguets

    Le mardi 2 juin 2015, par Florian, Hervé Le Gal

    Comme si quelque chose était à cacher, les premiers essais de coton OGM ont démarré discrètement au Burkina Faso, en 2001, en violation de la convention sur la diversité biologique de 1992 et le protocole de Carthagène sur la biosécurité de 2000. Monsanto et les firmes de biotechnologies utilisent depuis ce pays comme un cheval de Troie pour essaimer les OGM en Afrique de l’Ouest.